C’est quoi le native advertising ? Petit récap’ pour tout comprendre

Conseils pratiques | 30 mars 2020 4 minutes


5 minutes pour comprendre le native advertising

En digital, du jargon en veux-tu, en voilà ! Un fait qui peut prêter à sourire mais qui est notamment dû à l’inventivité de ce canal. Sauf que ceux qui n’ont pas toujours pris le train en route peuvent parfois se sentir un peu perdu. Décryptage du fameux « nativ’ad », le format native advertising.

Le native advertising est un format publicitaire digital

Le display, c’est de la publicité, et le plan média c’est la stratégie de diffusion.

To display signifie afficher en anglais : c’est juste une façon de parler de publicité en digital. Un plan média, c’est l’organisation de la diffusion d’un message auprès de certaines personnes grâce à des leviers, comme le print, la radio ou le digital. Pour résumer, le plan média digital est une réflexion stratégique qui utilise le display. Pour approfondir la question du plan média, nous vous invitons à découvrir cet article sur le fonctionnement d’une régie web.

Le native advertising est un des formats du display

Le display connaît plusieurs formats qui lui sont spécifiques, comme le native advertising. Il peut également diffuser des vidéos ou encore les bannières. Ces dernières peuvent être soit statiques (une image en jpg) ou animées par une succession d’images qu’on appelle un gif. Il existe aussi des Social Ads qui sont des publications sponsorisées sur les réseaux sociaux : on ne voit pas ces publicités sur la page Facebook de l’association par exemple.

A quoi ressemble ce format ?

Le native advertising est une publicité qui ressemble à une annonce d’article. Elle comporte un visuel et un texte et se retrouve intégrée dans des articles de presse ou des fils d’actualité de sites. C’est donc majoritairement du texte alors que, à l’inverse, la bannière est d’abord un visuel, sur lequel sont inscrites une ou plusieurs phrases.

Les avantages du native advertising, ce discret séducteur !

Un format contextualisé et non-intrusif

Ce format se diffuse sur des sites de presse : les internautes y cherchent à se distraire ou à s’informer, pas à agir. En respectant les formats qui intéressent ce public spécifique, en étant contextualisée, cette publicité attire l’attention sans être invasive. Attention toutefois à bien construire votre tunnel de conversion : en cherchant des internautes aimant être distraits, il faut aussi parvenir à les distraire après qu’ils aient cliqué sur votre publicité ! Votre landing page doit par exemple comporter des informations foncièrement intéressantes.

La cible issue du native : la crème de la crème

Ces internautes ont été intéressés : le clic est conscient et volontaire. Si les messages qui suivent sont aussi bien construits et intéressants pour eux, ils seront plus facilement convertis que ceux qui n’auraient pas bien compris le message d’une bannière ou qui auraient cliqué sans faire exprès. Pour résumer, c’est une cible restreinte, à très fort potentiel, qui demande de la rigueur.

Les contraintes du native advertising

Le native advertising ne doit pas ressembler à une publicité classique

Le native advertising est un format qui s’approche du format journalistique. Situé souvent en bas des sites, il doit ressembler à un résumé d’article de presse. Pour ne pas dénoter face aux autres encarts qui, eux, respectent les contraintes, il ne faut pas, par exemple, ajouter votre logo sur le visuel.

Les contraintes de ce format sont précises et restrictives

Le native advertising est parfois une vraie gymnastique : les textes doivent respecter un nombre restreint de caractères. Plus que jamais, on ne peut pas tout y écrire. Lorsque vous concevez ou validez ce type de textes, essayez de garder à l’esprit que l’important est avant tout d’intéresser l’internaute, pas de valoriser votre marque. Même excellente, une stratégie média ne peut pas performer sans des supports de qualité.

Les messages du native advertising peuvent être affinés

Un des intérêts du digital est sa flexibilité. Les messages peuvent être affinés, soit selon les tests menés et les résultats constatés. Soit encore le long du tunnel de conversion : les premiers messages découverts par un internaute peuvent être plus pédagogiques. Ceux qui leur feront suite, ceux du retargeting, que doivent être plus directs pour motiver l’action de l’internaute (et donc la performance de la campagne).

Pour vous accompagner dans la hiérarchisation de vos objectifs, la définition de vos besoins et l’élaboration de votre stratégie média digitale, n’hésitez pas à contacter la responsable de notre trading desk, Clémentine Pillet.